Actualité

Vue 340 fois
02 août 2019

Rencontre avec Jean-Charles Touzalin (IENAC09), co-fondateur de Sport Heroes Group

"ENAC Alumni vous invite à découvrir ses cahiers d'été... le temps d'une petite pause, retrouvez les articles de nos précédents magazines"

 

Qui es-tu ?

Jean Charles Touzalin Je suis l’un des co-fondateurs, celui qui s’occupe plutôt de tout ce qui est technique. J’ai un back-ground d’ingénieur en développement. J’ai fait l’ENAC à Toulouse et je me suis spécialisé au fur et à mesure dans le développement web. Entre mes études et Running Heroes, j’ai travaillé un an pour Thales.

Il m’a fallu à peu près un an pour quitter Thales et me mettre à 100% sur Running Heroes. Quand on fait du développement de logiciel, on peut créer quelque chose et le mettre tout de suite en ligne à la disposition des gens. Cela me fascinait. Et je me suis rendu compte que la meilleure façon de le faire était de monter ma propre entreprise. Ma principale tâche, c’est le développement technique, c’est à dire développer l’interface que les utilisateurs vont voir (donc le site web) mais aussi le serveur avec le traitement des données, les connexions au API, l’algorithme, …

 

Vous êtes diplômé de l'ENAC, pourquoi avoir choisi l’aviation ?

Cela va paraître cliché mais je voulais être astronaute quand j'étais gamin. En grandissant cela c'est transformé en astrophysicien puis finalement en ingénieur dans l'aviation. Tout cela pour finalement me rendre compte plus tard que ce qui me passionnait vraiment était en fait l’informatique.

 

L'envie d'entreprendre vous est-­elle venue pendant vos études, avant ou après ?

Pendant mes études à l’ENAC. Une des choses qui m'a vraiment plu en découvrant l'informatique est la capacité à créer rapidement des produits ou services digitaux et à les mettre à disposition des utilisateurs. En y réfléchissant à l'époque je me suis aperçu que je pourrais avoir le plus de liberté dans cette création en étant entrepreneurs.

 

Pouvez-vous présenter Sport Heroes Group à nos lecteurs ?

  Sport Heroes Group est une startup spécialisée dans la création et l'animation de communautés de sportifs. La mission de l'entreprise ..est d'encourager et développer la pratique du sport au plus grand nombre, en créant de nouvelles expériences digitales ludiques, ..valorisantes, motivantes, communautaires qui ajoutent du sens et de l'intérêt à la pratique sportive.

  Propriétaire d'une technologie développée depuis plus de 3 ans, qui permet la synchronisation et la récupération de données d'applications partenaires (Nike+, RunKeeper, Runtastic, Strava, Garmin, Polar, Fitbit, Google FIt...), toutes les expériences de Sport Heroes Group utilisent des données brutes (les fameuses big data) pour les rendre plus intelligentes, personnalisées et utiles.

Sport Heroes Group est structuré autour de deux grands types d'activités :

  1. L'animation de ses communautés en propre : Running Heroes, Cycling Heroes et Skiing

Heroes et la mise en relation de marques avec des pratiquants

  1. L'animation de communautés en marque grise, pour le compte de tiers : des ONG et leurs communautés de sympathisants, des marques et leurs communautés de clients, des entreprises et leurs communautés de collaborateurs.

Créée en Mai 2014, l'entreprise a été financée à hauteur de 2.5M€ à travers plusieurs levées de fonds et emploie désormais 40 passionnés répartis entre les bureaux de Paris, Londres et Sydney.

 

Comment est né ce projet fou de votre startup ?

J’ai rencontré Boris Pourreau, le 2eme co­fondateur et CEO de Sport Heroes Group, qui est à l’origine de cette idée lors d’un Startup Weekend à Paris (en juin 2013). C’est un événement assez connu dans le monde des startups qui permet à des profils différents de se rencontrer et de lancer leur startup en 54 heures. On a travaillé ensemble pendant ces 54 heures et à la fin je suis venu le voir en lui disant « écoute si tu as envie de continuer, moi je suis de la partie parce que ça me motive ».

On a eu pas mal de succès depuis le début. A chaque fois que l’on passe une nouvelle étape, que ce soit notre entrée dans l’accélérateur, le moment où on a passé les 50 000 utilisateurs, notre première levée de fonds, … à chaque fois ce sont des passages très importants pour un entrepreneur. Toutefois, comme on a en moyenne au moins 30 personnes sur le site, dès qu’il y a un problème, ça met plus de pression sur le travail. Ça met un peu de difficulté et de challenge dans mon quotidien.

Il y a quelques mois vous avez effectué une levée de fond, pouvez-vous nous en parler ? Pourquoi, quels sont les objectifs à plus ou moins long terme ?

L’objectif principal de notre précédente levée (fin 2015) était de commencer à structurer notre équipe. Nous avons quasi triplé notre effectif pour pouvoir soutenir le développement de nos différents produits. Cette levée nous a également permis de commencer à mettre en place une stratégie marketing d'acquisition utilisateur.

 

La création d'entreprise ne semble pas toujours une voie évidente aux étudiants de l'ENAC, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs, et en particulier nos étudiants ou jeunes diplômés enacien, comment faut­il s'y prendre ?

C'est vraiment vaste comme question, je me vois mal y répondre dans un article. Mais ce que je peux dire est qu'il y a maintenant beaucoup de contenu, de services et de communautés en ligne qui accompagnent les entrepreneurs.

L'ENAC a mis en place depuis un an une mineure entrepreneuriat pour les IENAC en 3ème année, pensez-vous que vous auriez choisi cette mineure lors de vos études ? Si oui pourquoi ? (Cette mineure consiste en environ 120h dédiées à cette activité, avec formation (pitch, business plan, comptabilité, juridique, RH ...) et de l'accompagnement individualisé)

J'ai eu l'occasion de suivre le cours Entrepreneurship for Scientists and Engineers pendant mon échange aux États­Unis et j'ai vraiment apprécié avoir ce 1er aperçu du monde des startups avant de m'y plonger à bras le corps. Du coup je pense que j'aurais sauté sur l'occasion si cette mineure avait existé durant ma 3ème année.

Il y a beaucoup de sujets nécessaires à la création d'une startup qui ne sont pas du tout abordés dans un cursus d'ingénieur classique. C'est clairement un plus de pouvoir découvrir les bases et recevoir de l'accompagnement sur le recrutement, le pitch et le BP entre autres choses pendant ses études.

 

Comment l'association ENAC Alumni pourrait­elle vous accompagner ? Qu'est­ce que vous pourriez apporter à l'association et en particulier aux alumni et aux étudiants ?

Peut-être que l'association ENAC Alumni pourrait nous aider en tant qu'apporteur d'affaire sur notre produits B2B?

Pour ma part c'est encore assez compliqué pour le moment, Sport Heroes Group me demande toujours beaucoup de temps et d'efforts. Peut-être qu'à terme je pourrais apporter conseils et accompagnement aux futurs entrepreneurs Enaciens?

 

Quels sont les trois conseils que vous auriez aimé avoir avant de vous lancer et que vous souhaiteriez donner à nos lecteurs ?

  1. Savoir bien s'entourer dès le début. Une équipe fondatrice complémentaire, un incubateur, des mentors, acceptez toute l'aide que vous pouvez recevoir.
  2. Investir énormément dans le recrutement et le management de l'équipe. Votre équipe est votre ressource la plus importante.
  3. Garder le focus sur un seul produit. C'est suffisamment complexe d'en développer un correctement, inutile de se disperser dès le début.

 

Retrouvez l'ensemble du dossier "Rencontre entre le sport d'excellence et l'aéronautique" dans le Mag#20 d'ENAC Alumni


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.