Actualités

Partager sur :
20 août 2019
Les Cahiers d'été

Rafael BRAGA DE MELO, MSAM14, spécialiste en réglementation de l'aviation civile, ANAC (Brésil)

Vue 474 fois

"ENAC Alumni vous invite à découvrir ses cahiers d'été... le temps d'une petite pause, retrouvez les articles de nos précédents magazines"

 

Quel est votre parcours pré-ENAC ? Comment vous avez été inspiré de devenir ingénieur civil ?

Avant l'ENAC, j'ai étudié le génie civil à l'Université du Brésil - UnB, et une fois que j'ai décidé de travailler dans le secteur public, j'ai suivi une spécialisation en gestion publique. La décision d'étudier le génie civil était très naturelle pour moi. Tout d'abord, je peux dire qu'au lycée, mes matières préférées étaient celles qui avaient le plus de rapport avec les mathématiques, et j'étais très curieux de tout ce qui concernait la physique, comme la mécanique, la chaleur, le magnétisme et l'électricité. Cependant, la raison principale pour laquelle je suis devenu un ingénieur civil est sans doute le fait que mon père, dont je suis très fier, m'a inspiré. Il est également ingénieur civil et a étudié dans la même université que moi. Quand je suis né, il était encore à l'université, alors j'ai eu la chance de visiter en tant que bébé ce qui deviendrait alors ma future université. J'ai grandi auprès de mon père dans les chantiers dont il était responsable et j'ai observé le fonctionnement des machines, la croissance des bâtiments, l'organisation des processus, tout cela a été passionnant et stimulant pour moi, et depuis alors j'ai été passionné d'ingénierie civile.

 

Comment avez-vous rejoint le secteur public ? Quelles ont été vos missions pour le département du tourisme et chez Caixa Federal ?

Comme je l'ai déjà dit, mon objectif était initialement de travailler sur des chantiers de construction, et c'est ce que j'ai fait. Après une grande expérience en tant que stagiaire dans une entreprise de construction, j'ai été embauché pour travailler avec ce qui m'a conduit à la zone d'ingénierie: la construction d'édifices. C'était très stimulant au début: de nombreuses négociations avec les fournisseurs et les employés, le travail à l'extérieur, la gestion de projets, la planification du travail.

Cependant, quelque temps après, j'ai senti que je devais faire plus, quelque chose qui toucherait plus de gens. J'ai ensuite été reçu dans certains concours publics pour travailler dans différents départements du secteur public, mais toujours en tant qu'ingénieur. Au début, j'ai travaillé au ministère du Tourisme où j'étais le coordinateur d'un programme appelé PRODETUR / NE II. Ce programme comprenait des investissements de la Banque inter-américaine de développement (BID) et du gouvernement brésilien, qui visaient à promouvoir le développement durable du tourisme dans le nord-est du Brésil en améliorant la qualité de vie des communautés locales et en créant un environnement favorable pour de nouveaux investissements. Avec l'aide de consultants, j'ai supervisé l'application de tels investissements dans des activités englobant la formation professionnelle et commerciale et les infrastructures publiques, telles que les aéroports régionaux, les routes, la destination des déchets solides, l'eau et l'assainissement.

Après cela, j'ai commencé à travailler chez Caixa Econômica Federal - CEF, une banque publique au Brésil. Au CEF, j'ai travaillé au département du développement durable, et l'une des missions les plus difficiles consistait à développer des indicateurs sociaux, économiques et financiers concernant toutes les villes brésiliennes visant à fournir les solutions appropriées offertes par la banque aux clients gouvernementaux.

 

Comment avez-vous rejoint l'aviation - et l'ANAC ? Pouvez-vous expliquer votre rôle actuel au sein de l'agence ?

En 2010, j'ai été sélectionné par un concours public pour travailler avec l'aviation à l'Autorité de l'aviation civile brésilienne - ANAC. L'aviation ne faisait pas partie de mes plans au début, mais le défi de travailler dans ce domaine passionnant et important a attiré mon attention. À l'ANAC, je gère les accords de concession concernant les récentes privatisations aéroportuaires (depuis 2012, 10 aéroports ont été privatisés au Brésil).

Au début, j'ai participé à des activités liées aux investissements et aux services, comme le suivi et la supervision des investissements à court et à long terme, la planification des aéroports privatisés et l'évaluation des besoins d'agrandissement ou d'adaptation des infrastructures aéroportuaires. Au cours des dernières années, je me suis consacré au service de qualité aéroportuaire et à la révision des indicateurs et des incitatifs pour un meilleur service rendu par les exploitants d'aéroport.

Mon expérience dans l'aviation au cours de cette période a été enrichissante, car je pense que les décisions concernant la réglementation des aéroports ont permis d'améliorer considérablement, ces dernières années,  l'expérience des passagers des aéroports brésiliens .

 

Comment avez-vous entendu parler de l'ENAC ?

En 2013, l'ANAC et la DGAC ont signé un protocole d'accord (MoU) dans lequel il a été défini comme un champ de coopération, entre autres, la participation des employés de l'ANAC aux cours délivrés à l'ENAC. Parmi les cours disponibles, l'ANAC était intéressé par l'Advanced Master Airport in Management. Comme c'était lié à mes fonctions, j'ai postulé et j'ai été sélectionné pour participer au programme. Les membres du personnel de l'ANAC connaissaient déjà l'ENAC car un groupe avait eu l'opportunité d'étudier à l'ENAC grâce à un accord entre le Brésil, la France et l'Institut Aéronautique et Spatial - IAS.

 

Qu'avez-vous le plus apprécié à l'ENAC ? Quel a été l'apprentissage le plus précieux que vous ayez reçu pendant le programme du Master ?

Il est difficile de dire ce que j'ai le plus apprécié à l'ENAC. Je dirais que tout était très intéressant et enrichissant. Cependant, l'échange de connaissances et d'expériences avec les chercheurs de l'ENAC et la vie et l'étude avec des personnes ayant des visions du monde différentes étaient primordiaux. En conséquence, je peux dire qu'accepter et respecter les différences entre des personnes d'origines et de cultures différentes est l'une des leçons d'apprentissage les plus précieuses que j'ai eues pendant le programme de Master, ce qui est essentiel compte tenu de la communauté mondiale de l'aviation civile et de notre la vie en général.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre dernier stage ?

J'ai effectué mon stage chez Groupe ADP. Mon projet d'étude final portait sur la détermination de la taille de l'aire de trafic requise dans la planification à long terme en ce qui concerne une capacité aéroportuaire équilibrée. L'étude a été basée sur une approche innovante, en ce qui concerne la productivité du stationnement frontale et linéaire des avions. En conséquence, un diagramme a été préparé pour permettre une évaluation rapide des besoins d'un futur terminal. En outre, l'un des principaux résultats de l'étude est lié à un gain possible d'environ 35% en termes d'efficacité, compte tenu de l'utilisation de postes de contact basée sur l'amélioration de certaines procédures d'exploitation. Enfin, sur cette base, différentes alternatives concernant l'estimation des besoins de la façade du parking d'un avion pour un futur Terminal 4 à l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle ont été présentées.

Je profite de cette occasion pour exprimer mes remerciements et ma gratitude à mon tuteur du Groupe ADP, M. Dominique Chavanne, et à Mme Sophie Mercieca pour sa disponibilité pour les innombrables réunions et pour toutes les données et informations fournies, et à tous les responsables des terminaux de CDG qui m'ont aidé en répondant à plusieurs questions sur les opérations de l'aéroport.

 

Au Brésil, le diplôme ENAC est-il une véritable valeur ajoutée pour votre travail quotidien et votre carrière ?

Le programme Advanced Master in Airport Management comportait un vaste programme théorique et pratique qui a été d'une importance fondamentale pour mes missions à l'ANAC. Comme je travaille avec la réglementation, il est essentiel de comprendre le processus et les défis en matière de gestion de l'aéroport. En effet, les cours à l'ENAC et mon stage au sein du Groupe ADP viennent s'ajouter aux efforts déployés par l'Agence pour remplir sa mission de garantir à tous les Brésiliens la sécurité et l'excellence de l'aviation civile.

 

Quels sont les «sujets d'actualité» de l'ANAC ?

Les sujets d'actualité de l'ANAC en ce qui concerne la réglementation économique de l'aéroport portent sur la nouvelle série de privatisations d'aéroports, prévue pour 2018, qui comprendra les plus petits aéroports. Ceci est particulièrement difficile car cela va utiliser un système différent de notre expérience précédente, nécessitant de nouvelles études de règles à adopter et une analyse comparative internationale. De plus, je peux citer l'examen des contrats de concession en tenant compte des indicateurs de qualité de service (Facteur Q) et de la méthodologie pour définir le facteur lié à l'efficacité aéroportuaire (Facteur X) - les deux facteurs devraient être révisés tous les 5 ans. De plus, il pourrait y avoir des changements dans le modèle tarifaire de l'aéroport - plafonnement des prix par rapport au plafond des recettes par rapport à l'absence de réglementation - pour les privatisations d'aéroports suivantes. Outre la réglementation économique aéroportuaire, l'ANAC définit tous les deux ans un agenda réglementaire et pour 2017/2018, je voudrais souligner la définition des exigences de certification et de surveillance des opérateurs d'UAV - véhicule aérien sans pilote, et la définition des exigences opérationnelles pour la certification et surveillance continue des simulateurs de vol qui servent à la qualification et à la qualification des pilotes, entre autres.

 

Brasilia ou Toulouse ... quelle est votre ville préférée ?

Brasilia et Toulouse sont de très belles villes organisées, chacune avec ses propres caractéristiques. D'une part, Toulouse a 2000 ans et a beaucoup d'histoire, d'art et de culture; le centre-ville est très bien préservé et convivial pour les piétons, la cuisine est riche (le cassoulet et le pain au chocolat me manquent), les gens sont amicaux, le Canal du Midi est fascinant et c'est le plus grand centre de l'aérospatiale en Europe . D'autre part, Brasilia a été fondée le 21 avril 1960 pour servir de nouvelle capitale nationale. Pour cette raison, Brasilia a rassemblé des gens de toutes les parties du pays, alors ici nous pouvons trouver un melting-pot de cultures brésiliennes. C'est une ville planifiée avec une architecture moderne, de grandes avenues et le ciel est délicieux. Enfin (et probablement le fait le plus curieux), Brasilia a été conçu comme une forme d'avion, donc je suppose que mon destin est vraiment d y  vivre et de travailler avec l'aviation. Tout cela fait de Brasilia une ville unique au monde. Donc, je peux dire que j'aime Toulouse, mais ma ville préférée est Brasilia.

 

Santos Dumont ou Clément Ader... à votre avis, qui était le premier en vol ?

C'est une question difficile et qui implique une discussion nationaliste. Ce que je peux dire, c'est qu'Alberto Santos Dumont, le père de l'aviation au Brésil, a été le premier à effectuer un vol public, à décoller sans assistance extérieure et atterrir en toute sécurité, satisfaisant ainsi tous les critères de la Fédération Aéronautique Internationale (FAI) comme le premier avion du monde. C'est le 12 novembre 1906 que Santos-Dumont fit voler un engin de type cerf-volant aux ailes de boxe appelé les 14-bis sur les environs de Paris - Bagatelle. Malgré ces discussions, ce qui importe, c'est que de nombreux inventeurs travaillaient sur un moyen de voler à ce moment-là, et chacun a contribué à l'évolution de l'aviation.

 

A propos de l'auteur

 

 

Rafael Braga de Melo est spécialiste de la réglementation de l'aviation civile à l'ANAC Agence Nationale de l’Aviation Civile brésilienne, où il s'efforce d'améliorer l'expérience des passagers dans les aéroports. Né et élevé au Brésil, il est diplômé de l'Université de Brésil, avec une Licence en génie civil. Il a également étudié la gestion des aéroports à l'ENAC – à Toulouse, et a complété son programme de stage à l'ADP à Paris. Il est passionné par les voyages, les rencontres et l'apprentissage de différentes cultures. Il a également vécu à Madrid et à Rio de Janeiro. Il est père d'une fille incroyable.

 

Retrouvez l'ensemble du dossier "l'ENAC, une école au visage international" dans le Mag#21 d'ENAC Alumni




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.