Actualités

Un nouveau Think Tank Workforce Development

06 mai 2024 Brève
Vue 50 fois

ENAC Alumni crée un nouveau think tank dédié au développement de la main-d'œuvre dans l'industrie aéronautique et aérospatiale afin de résoudre certains problèmes actuels et préparer les défis émergents.

 

L’évolution de notre société s’accélère de plus en plus. Ces changements sont associés à d’énormes défis ainsi qu’à de formidables opportunités qui affectent toutes les organisations. Dans le secteur de l'aviation, la pénurie de personnel et les difficultés de recrutement de talents comptent parmi les principales préoccupations pour l'avenir. La pandémie de COVID-19 n’a fait qu’exacerber et mettre en lumière des problématiques sous-jacentes depuis des années.

 

La formation de la future main-d'œuvre dans le domaine aéroportuaire a été identifiée comme l'un des défis à long terme les plus importants par ENAC Alumni - L'avenir des aéroports : une vision pour 2040 et 2070. Des conclusions similaires ont été tirées par de grandes entreprises ou laboratoires de recherche des industries aéronautiques et aérospatiales soumises à des tendances irréversibles.

 

Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, a affirmé en 2016 que nous étions entrés dans une toute nouvelle révolution industrielle. L’Industrie 4.0 que l’on retrouve dans de nombreuses publications a désormais presque 8 ans ; cependant, les défis sont toujours présents étant soutenus par plusieurs “méga tendances”:

  • La Mondialisation : notre monde est hautement connecté et les principales chaînes d’approvisionnement reposent sur le commerce mondial. Les conflits régionaux ou des problèmes locaux peuvent impacter considérablement la logistique de process industriels critiques.
  • Les changements climatiques : nous commençons à ressentir les effets perturbateurs de la hausse des températures et les événements météorologiques en découlant. La température mondiale est déjà 1 degré Celsius plus élevée que dans les années 1950.
  • L’urbanisation et le retour à la campagne : il est maintenant évident que les deux tiers de la population mondiale vivront dans des villes d’ici 2030. Ces grandes villes sont déjà confrontées aux difficultés de circulation et à une flambée des prix de l’immobilier. Mais dans le même temps, certaines campagnes revivent avec de nouveaux habitants à la recherche d’un cadre de vie plus agréable et d’un coût de la vie plus abordable.
  • La numérisation et l'automatisation ont déjà changé notre monde. Mais ce n’est qu’un début… Par exemple, les "IA génératives" impactent de plus en plus nos entreprises. Cela signifie que nous devenons dépendants d’une expertise technique spécifique en matière d’information et de systèmes intelligents.
  • La pyramide des âges : les baby-boomers quittent massivement le marché du travail. Leur départ crée un manque important de personnel, mais aussi la perte potentielle d'une quantité considérable de connaissances pratiques.
  • Les attentes de la prochaine génération : les nouvelles générations prêtent davantage attention à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Elles tiennent pour acquis horaires flexibles et travail à distance. Les équipes de nuit et les tâches opérationnelles ne sont peut-être plus considérées comme aussi attrayantes qu'auparavant.
  • Et bien d’autres « méga tendances » qui émergent dans un monde toujours plus volatile, incertain, complexe et ambigu !

Les industries aéronautiques et aérospatiales, peut-être plus que toutes autres, sont confrontées aux défis posés par ces « mégatendances » et doivent innover pour leur avenir. Notre industrie s’est engagée à atteindre zéro émission nette d’ici 2050. Nous introduisons massivement par exemple l’IA ou l’impression 3D ainsi que bien d’autres innovations à tous les niveaux.

 

L'ingénieur, parce qu'il se situe historiquement au carrefour des objectifs sociétaux et des contingences techniques, est un facteur clé de la transition socio-écologique. L’urgence est incontestable : l’économie et la société doivent planifier ces changements dès maintenant, notamment en matière d’éducation et de formation. En effet, il faudra de nombreuses années pour éduquer les nouvelles générations ou former la main d’œuvre existante, puis pour que les nouveaux diplômés soient capables de mettre en pratique de nouvelles compétences et d’initier des changements dans les entreprises, les communautés et les associations.

 

C'est pourquoi nous devons dès aujourd'hui discuter de ces questions et élaborer des lignes directrices à l'intention de l'industrie et des institutions. Ces recommandations seront également partagées avec l’ENAC. L'objectif est de fournir des analyses et des outils afin de faciliter le processus de prise de décision lorsqu'il s'agit de développer les futurs programmes d'études et d'aider l'industrie à mieux former ses propres employés.

 

Ayant cette ambition, nous devrons explorer différents domaines dont :

  • Enjeux sociologiques et écologiques à intégrer dans le travail quotidien de l’ingénieur, changements climatiques, raréfaction des ressources disponibles, notamment énergétiques, et conséquences sociales de ces perturbations
  • La pensée systémique et la collaboration nécessaires au travail dans des écosystèmes numériques toujours plus complexes et à des technologies en évolution rapide
  • La curiosité intellectuelle et la capacité à innover dont ont besoin la convergence des disciplines sous-tendu par les nouvelles technologies
  • La diversité générationnelle, sociale, culturelle et de genre, l’interculturalité qui passe par l'internationalisation, la mobilité dans les études et la diversité des parcours professionnels
  • Les méthodes de management puisque l'ingénieur occupe un rôle clé dans l'organisation de toute entreprise, il sera un acteur clé pour anticiper et transformer les nouvelles façons de travailler et de manager
  • Responsabilité sociale des entreprises. L’ingénieur doit être formé aux questions éthiques et être capable de créer une innovation vertueuse. Sa capacité d'anticipation sera cruciale.

Le nouveau think tank est présidé par Patrick LARROQUE (IENAC 92). Nos membres intéressés à participer à la conversation peuvent s'inscrire via notre site web ou contacter directement le chairman: patrick.larroque@alumni.enac.fr 



Sources d’inspiration:

 

 




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.