Actualités

Partager sur :
19 mai 2021
Brève

En route vers la décarbonation du transport aérien français 

Vue 92 fois
Le 18 mai 2021, le transport aérien français a procédé à une étape importante dans la feuille de route de sa décarbonation : Air France a opéré, Paris CDG, son premier vol long-courrier avec du Carburant Alternatif Durable - CAD (Sustainable Aviation Fuel en anglais) produit en France par la société Total. Ce vol à destination de Montréal a décollé avec 16 % de CAD.

1. Les CAD doivent venir en complément des efforts technologiques et opérationnels des motoristes et avionneurs pour réduire les émissions de CO2.
 
2. Comme le montre le document 1, le recours aux CAD permettra de diminuer fortement les émissions de CO2. 

3. Les CAD proviennent du recyclage et des résidus, dans le cas du vol du 18 mai des huiles de cuisson usées, et ne sont pas en concurrence avec la chaîne alimentaire et n'entraînent d'éviction de terre cultivable.

4. Aujourd'hui, seulement 0,01% de l'aviation mondiale est exploitée avec des CAD du fait d'une production très faible et des prix élevés (4 à 10 fois plus élevés que le kérosène).

5. Pour que les CAD soient plus utilisés, il faut que les pouvoirs publics supportent le développement d'installations de production, notamment en France pour faire émerger une filière de production de ces carburants. C'est l'objet du courrier envoyé par les acteurs du transport aérien au ministre des transports. (Document 2).
Comme le montre le courrier vers le ministre des transports, la décarbonation du transport aérien est porté par tous ses acteurs. Il s'agit d'un effort collectif. Le mardi 18 mai, les PDG de Total, Airbus, ADP, Air France et Air France-KLM étaient présents pour montrer leur engagement commun.

6. Bien sûr, en complément des CAD, les acteurs du transport aérien français agissent également sur d'autres leviers : achat d'avions de nouvelle génération (permettant -25% de CO2 par rapport aux avions plus anciens), écopiloting (optimisation de la trajectoire des vols), équipements électriques au sol, utilisation des ACU, roulage sur n-x moteurs, recours à la géothermie pour les aéroports, etc.
 
Tous ces leviers sont complémentaires pour atteindre les objectifs environnementaux du transport aérien : à l'horizon 2050, la diminution de moitié des émissions de CO2 par rapport au niveau 2005, voire, comme le souhaite l'Union Européenne, le zéro émission du transport aérien. 

Documents




1
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.