Actualités

Partager sur :
26 mai 2020
Aéroport du Futur

L'aéroport du futur : les menaces sûreté et les activités illicites du futur (thème n°4)

Vue 221 fois

Le think tank Aéroport d'ENAC Alumni a publié l'analyse globale de L'aéroport du futur le mois dernier. Chaque semaine, découvrez un nouveau focus sur un des 11 thèmes traités.

En 2017, l’ancien Administrateur de la TSA Peter V. Nuffenger déclarait « qu’il y a une nature spectaculaire dans les attaques contre l’aviation. Premièrement, elles disent quelque chose sur vous en tant que groupe terroriste si vous êtes capables d’outrepasser tous les systèmes conçus pour prévenir des dommages. Ensuite, il y a aussi un grand impact psychologique et un large impact économique. » Ce qui était vrai en 2017 sera toujours applicable en 2040 et 2070.

Les schémas d’attaque les plus communs sont restés inchangés depuis les années 1970, avec en particulier les attentats à la bombe à l’enregistrement ou aux tapis de livraison des bagages et ceux à l’arme à feu en zone publique des aérogares. Ces modes d’action maximisent les dommages, le nombre de victimes et l’impact médiatique alors qu’ils sont difficiles à prévenir à moins que ces efforts ne soient identifiés bien avant le passage à l’action grâce au travail de renseignement et d’enquête policière.

Les aéroports ne devraient plus jamais être la porte d’accès aux aéronefs pour les organisations terroristes. Dans la période qui a immédiatement suivie les attentats du 11 septembre, les pays les plus exposés au risque terroriste ont pris des mesures exceptionnelles pour prévenir les détournements d’avion et les attentats à bord. Près de multiples ajustements, ces standards de sûreté fournissent aujourd’hui un filet efficace. Le nombre de détournement depuis les pays de départ qui les ont mis en place s’est très fortement réduit, et la communauté de l’aviation est maintenant mieux préparée à contrecarer des tentatives en vol.

Comme en sécurité aéronautique, le modèle des plaques de Reason s’applique en sûreté. Ajouter des couches de moyens et de politiques différentes réduit la probabilité de succès des attaques. Parce que les terroristes s’adaptent aux contre-mesures et innovent, ces couches de sûreté doivent petre versatiles et évolutives.

Elles sont déjà différentes d’une région à l’autre selon le niveau d’activité terroriste aux niveaux local et global. Dans le futur, elles devraient être différentes d’un aéroport à l’autre selon la réalité de la menace. Cette approche basée sur le risque est promue par l’OACI à travers le GASeP.

Le cyberterrorisme d’état est aussi une menace croissante. Au cours de la dernière décennie, les attaques de masse avec de forte suspiscion de soutien de la part d’états se sont ,ultipliés. Les dictateurs et les groupes malintentionnés pourraient aller plus loin et essayer de porter atteinte à l’intégrit du transport aérien. Plus encore, des virus ciblant des infrastructures spécifiques de systèmes d’information peuvent devenir hors de contrôle et contaminer d’autres réseaux et des systèmes critiques (ex. Stuxnet, 2010).

Les tireurs isolés et les individus suicidaires rejettant notre société pourraient devenir une ,enace ,ajeure du futur – et pas uniquement pour l’aviation. Les sociétés urbaines contemporaines qui ont pour objectif de connecter les masses ont fortement isolés certains de leurs membres. Les maladies mentales sont un mal de notre temp et elles peuvent être exacerbées dans les pays et les cultures de contrôle social rapproché avec un manque de solidarité. Cette pandémie n’est pas encore entièrement reconnue par les gouvernements et est susceptible de créer de nouvequx Unabombers et tireurs isolés.

 

Télécharger le livre blanc (en anglais)

 

Télécharger le poster (en français)

 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.