Actualités

Partager sur :
12 août 2020
Aéroport du Futur

L'aéroport du futur : durabilité et aéroport-citoyens (thème n°10)

Vue 207 fois

Le think tank Aéroport d'ENAC Alumni a publié l'analyse globale de L'aéroport du futur en avril dernier. Chaque semaine, découvrez un nouveau focus sur un des 11 thèmes traités.

Comme toute activité humaine, le transport aérien a des conséquences négatives. Le bruit des avions a été le premier problème lié à l'aéroport a être reconnu comme tel. Les programmes et activités visant à réduire le nombre de personnes affectées par le bruit ont eu des résultats significatifs depuis les années 1970 dans plusieurs pays. Cependant, selon l'OACI, l'empreinte de la surface de bruit DNL 55 dB provenant de 315 aéroports de service commercial représentant 80% du trafic mondial pourrait doubler si aucun progrès technologique n'était réalisé entre-temps sur les avions. L'empreinte de 2015 représente 14 400 km2 ainsi que 30 millions de personnes. Des améliorations technologiques avancées mais réalisables pourraient stabiliser cette exposition au bruit accumulée à son niveau de 2015 et même la réduire. Alors que les avionneurs et les concepteurs de moteurs travaillent sur de telles améliorations, les aéroports et les gouvernements ont également un rôle important à jouer pour réduire cette empreinte, améliorer l'isolation des maisons les plus exposées et réduire le nombre de résidents impactés sur le long terme. Les Standards et Pratiques Recommandées (SARP) de l’OACI sur le bruit des aéronefs dans les aéroports comprennent le cadre de certification du bruit des aéronefs. Il comprend également les orientations élaborées dans le cadre de «l'approche équilibrée de la gestion du bruit des aéronefs» (Doc 9829). Cette analyse de l'approche équilibrée est spécifique à la géographie, au trafic et aux conditions de chaque aéroport. De plus, une analyse sociale et économique doit être entreprise pour chaque mesure envisagée. La pollution aérienne (par exemple les NOx et particules) et les émissions à effet de serre (notamment le dioxyde de carbone) sont les principaux types d’émissions gazeuses d'un aéroport. Les aéroports doivent avoir une vision globale de ces émissions lors de l'élaboration d'un plan de développement durable. Les émissions des avions, les services d'assistance en escale, les terminaux de passagers et les infrastructures support, les infrastructures côté ville, mais aussi le transport terrestre depuis et vers l'aéroport pour les passagers et les employés de l'aéroport, ainsi que les émissions de leur chaîne d'approvisionnement doivent également être pris en compte.

L'aviation est essentielle à notre économie moderne et mondialisée. L'aviation soutient la plupart des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD), élaborés par les Nations Unies en 2015. Une étude approfondie a été élaborée par l'Air Transport Action Group (ATAG) en 2017. Les aéroports contribuent de manière considérable au bien-être économique des régions. Ce sont des centres d'emploi direct et indirect: le personnel employé directement par les exploitants d'aéroport et par d'autres entités aéroportuaire représente plus de 6,1 millions d'emplois dans le monde. Les aéroports investissent massivement pour l'entretien et le développement de leurs infrastructures, ce qui crée de nouveaux emplois locaux. Il permet un large éventail d'opportunités et élargit l'horizon des possibilités, attirant les entreprises, les résidents et les touristes. Les aéroports créent des opportunités de mobilité à grande vitesse entre les villes, les régions et les pays offrant des connexions directes au monde pour les industries et les investisseurs. L'aviation ne profite pas qu'aux grandes entreprises. Il crée de nouveaux débouchés pour les petits producteurs locaux. Le tourisme a été un puissant contributeur économique et un moteur de développement pour de nombreuses régions et pays du monde entier. Plus de la moitié des touristes internationaux voyagent par avion. En 2001, 72% des touristes visitant le Costa Rica sont arrivés en avion. Alors que le pays s'est engagé à arrêter l'extraction minière, à stopper la déforestation et à se concentrer sur des ressources plus durables telles que le tourisme responsable, le transport aérien est une nécessité pour atteindre ces objectifs. Les aéroports assurent la mobilité dans les zones reculées ou peu peuplées. Les missions d'aide humanitaire et de recherche et sauvetage ont également besoin d'installations aéronautiques pour soutenir leurs opérations. Dans les zones reculées et sur de vastes territoires, la connectivité fournie par le transport aérien peut être plus durable que si une infrastructure terrestre était construite. Pour de nombreux pays insulaires et territoires d'outre-mer, le transport aérien est le seul moyen de se connecter au monde et de déplacer les passagers et les marchandises d'île en île en temps raisonable.

L'impact des aéroports – et de l'aviation dans son ensemble – sur le changement climatique est pris en compte depuis plusieurs décennies. L'aviation représente environ 2% des émissions mondiales de CO2, une part constante depuis le début des années 1990, même si les émissions absolues augmentent régulièrement en raison de la demande croissante de voyages en avion. Bien que le CO2 soit le seul gaz à effet de serre (GES) émis de manière significative par l'aviation, d'autres polluants (NOx, particules fines, etc.) sont également émis. Une partie de ces émissions se produisent à haute altitude, ce qui pourrait augmenter son impact net selon les modèles. Cependant, il existe encore une incertitude sur la contribution directe exacte de l'aviation au changement climatique en raison de la complexité de sa chimie. Par exemple, les NOx contribuent à la génération d'ozone (augmentant l'effet de serre) dans certaines conditions, et à l'appauvrissement en méthane à d'autres altitudes (réduisant ce même effet). De plus, l'impact des traînées de condensation (contrails) et leur capacité à générer des cirrus doivent être pris en considération. Le programme Airport Carbon Accreditation d'Airports Council International (ACI) est une initiative mondiale de gestion du carbone qui cible spécifiquement les émissions des aéroports. Le programme est soutenu par l'OACI depuis 2011. L'initiative fournit un cadre pour les aéroports afin de réduire leur empreinte carbone grâce à des initiatives vertes locales ainsi que la compensation carbone dans un objectif de neutralité. Plusieurs aéroports ont déjà atteint le plus haut niveau de certification (Niveau 4) qui implique la neutralité carbone. Le programme Airport Carbon Accreditation ne doit pas être sous-estimé comme moyen de réduire l’empreinte de chaque aéroport, tout comme le programme Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation (CORSIA) de l’OACI. Cependant, ceci n'est qu'un premier pas vers des aéroports plus verts. La décarbonisation complète des aéroports nécessitera la réduction et, dans la mesure du possible, l'élimination des émissions à la source.

 

Télécharger le livre blanc (en anglais)

 

Télécharger le poster (en français)




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.